Aller au contenu

Comme un air du grand large…

2011 janvier 13
Mots-clés : , ,
par Laurent Boisseau
Ponte 25 de Abril

Ponte 25 de Abril

Un paquet d’embruns vient d’embrasser mon visage alors que je photographiais le pont du 25 avril. Je suis à Lisbonne, en marge d’un déplacement professionnel, et je profite de ces quelques heures pour visiter un peu la ville.

C’est une cité tout en relief avec ses sept collines. Dotée d’un réseau de transports modernes, on y trouve encore des tramways à l’ancienne, comme le mythique « Tramway 28 » qui fait un circuit en boucle en partant de la place du Commerce au sud de la ville.
Je visiterai la « Baixa » – la ville basse – reconstruite par l’ambitieux Marquis de Pombal après le tremblement de terre de 1755. Inspiré par les « Lumières », il réalisera un urbanisme fonctionnel, avec des rues perpendiculaires et de larges avenues comme l’avenue de la Liberté, les « Champs-Elysées » de Lisbonne. J’aime ces mélanges de styles, manuélin, baroque, classique, avec de temps en temps des façades colorées. La place du Commerce m’évoque un peu la place du Palais à Saint Pétersbourg. 

Lisbonne

Lisbonne

Mais pour moi, Lisbonne c’est avant tout son ouverture sur l’océan atlantique à l’embouchure du Tage…

Ils sont nombreux, ces grands explorateurs qui sont partis à la découverte de nouveaux mondes : Vasco de Gama, qui ouvrira une nouvelle route vers les Indes en contournant le cap de Bonne-Espérance. Fernand de Magellan, qui sera à l’origine du premier tour du monde et découvrira le détroit qui porte son nom.
En partant de Lisbonne, ces audacieux navigateurs, croiseront la Tour de Belém avant d’entrer dans l’atlantique. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, son architecture est considérée comme l’une des œuvres majeures du style manuélin.

Je regarde vers le large, au delà de ce « Ponte 25 de Abril ». Construit sur le modèle du « Golden Gate Bridge », il a été rebaptisé de la date de la Révolution des Œillets – le 25 avril 1974 – qui rétablira la démocratie au Portugal.
Je repense au film réalisé en 1999 par Maria de Medeiros : « Capitaines d’avril » qui raconte le coup d’état au travers de l’histoire de ces capitaines idéalistes.
Je me souviens du retour triomphal de Mário Soares à Lisbonne le 1er mai 1974, après son exil en France. Successivement ministre, puis chef du gouvernement, et enfin président de la république, c’est lui qui fera entrer le Portugal dans l’Europe.

A l’aube de cette nouvelle année, j’ai en projet de partir vers de nouvelles activités, de découvrir un nouveau métier. Ce projet a longtemps mûri, je suis prêt à appareiller vers la haute mer, j’ai soif de nouveaux territoires à découvrir. Je sens le souffle du vent du large qui gonfle mes voiles. Parfois ce seront les alizées qui me seront favorables, parfois aussi ce seront des vents contraires, le calme plat, voire la tempête. Mais qu’importe, je sais qu’il y aura de nouvelles découvertes au terme de la traversée ; et que je tiendrai désormais la barre, moi seul, et personne d’autre…

Vous pouvez retrouver les photos de cette visite dans mon Album photo.

Rétroliens

  1. Laurent Boisseau

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :