Aller au contenu

On vous sonne et vous répondez ?

2010 décembre 11
par Laurent Boisseau
Sonnette

Cc-by-sa-2.0-fr

Certains se souviennent peut-être de la réplique du peintre Edgar Degas lors de l’arrivée du téléphone dans les foyers : « C’est ça, le téléphone; on vous sonne et vous y allez ! ».
Sacha Guitry l’avait reprise à son compte sous la forme : « On vous sonne et vous répondez ? ».

Le téléphone entrait dans les milieux aisés, « bourgeois » comme l’on disait à l’époque. En ce temps là, effectivement, il y avait dans les maisons des sonnettes pour appeler les domestiques, et quelquefois tout un réseau de cordons pour appeler, qui la femme de chambre, qui le maître d’hôtel, etc…
Le téléphone, avec sa sonnerie caractéristique renversait la relation, c’étaient désormais les « maîtres » qui se faisaient sonner, d’où les répliques ironiques de Degas et Guitry ; surtout ce dernier qui a su décrire avec une ironie féroce les mœurs de son temps.

De nos jours, tout cela est techniquement dépassé, mais le phénomène s’est amplifié avec tous les objets de communication personnels qui ont envahi notre vie, abolissant les frontières entre les sphères professionnelles ou privées. Au point que par moment il faut réapprendre le réflexe de « couper le cordon » et reprendre la maîtrise de son temps, de son espace, et ne pas confondre urgence et priorité. 

Une amie récemment me suggérait un message de réponse automatique d’absence du style : « Je suis absent pour quelques jours, ma carte SIM est rangée dans un tiroir ». Belle reformulation moderne, je ne sais pas ce que Sacha Guitry en aurait pensé ?

  1. décembre 11, 2010

    He oui, c’est même devenu un outil chronophage pour celles et ceux qui se voient obliger de travailler le week-end ou en soirée dans la semaine.

    Ôtons la carte SIM, c’est la meilleure solution ! 😉

  2. décembre 14, 2010

    Oui, bien d’accord et merci pour ces rappels qui contextualisent l’évolution de la communication. Le mail est aussi redoutable, surtout depuis qu’il est accessible sur le portable (je l’ai d’ailleurs désactivé). On devient une machine à répondre jour et nuit, weekend, jour fériés. Et si on se parlait?

Rétroliens

  1. Laurent Boisseau

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :