Aller au contenu

La flamme de la Résistance ne doit pas s’éteindre

2010 novembre 29
par Laurent Boisseau

TéléramaCoup de cœur pour cet article de Télérama intitulé « La flamme de la Résistance ».

Déjà pour le 70e anniversaire de l’appel du 18 juin, j’avais écrit cet article « Hommage à l’esprit de résistance ». J’y rappelais que l’esprit de résistance, c’est refuser la réalité du moment, construire un projet porteur d’espoir, et ne pas se résigner, jamais !

Dans Télérama du 24 novembre dernier, il y est question du dernier ouvrage de Stéphane Hessel qui rencontre un véritable succès en librairie « Indignez-vous ! ».

C’est un véritable coup de gueule que pousse ce héros de la résistance au parcours exceptionnel.

Extrait :

Stéphane Hessel

Stéphane Hessel

La France s’enfonce, la France déprime ? Sans doute.
Mais « la pire des attitudes est l’indifférence, dire « je n’y peux rien, je me débrouille » affirme Stéphane Hessel, surtout quand « tout le socle des conquêtes sociales de la Résistance » est, comme aujourd’hui « remis en cause ».
« On ose nous dire que l’Etat ne peut plus assurer les coûts de ces mesures citoyennes, écrit l’ex-ambassadeur. Mais comment peut-il manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l’Europe était ruinée ? Sinon parce que le pouvoir de l’argent, tellement combattu par la Résistance, n’a jamais été aussi grand, insolent, égoïste avec ses propres serviteurs jusque dans les plus hautes sphères de l’Etat. »

…/…

Sylvie Crossman et Jean-Pierre Barou, à la tête des éditions Indigène qui ont publié cet ouvrage, se démènent à présent pour inscrire Stéphane Hessel sur la liste des prochains nobélisables.

Je leur souhaite bonne chance ! Et vous encourage à lire ce livre…

A noter également : Résistance(s), rencontre entre Stéphane Hessel et Jean Lacouture, lundi 29 novembre, Théâtre Ouvert, 4 bis cité Véron Paris 18e.

A lire par la même occasion aujourd’hui dans Mediapart « Vers une privatisation de la sécurité sociale ». Rédigé par Laurent Mauduit, cet article décrypte une privatisation rampante de la Sécurité sociale, que prépare Nicolas Sarkozy, à la faveur du dossier de la dépendance, présenté comme le grand chantier présidentiel de l’année 2011.
…Et qui annonce la fin des « jours heureux » du nom du programme du Conseil National de la Résistance auquel j’avais également consacré un article « Du temps pour la vie ».

La flamme de la Résistance ne doit pas s’éteindre !

Indignez-vous !, de Stéphane Hessel, Indigène Editions, 2O1O, 30 p., 3 €.
TELERAMA 3176 du 24 novembre 2010

  1. novembre 30, 2010

    Merci Laurent pour cet article. Stephane Hessel est un grand homme, sage, qui devrait être écouté par le pouvoir. Il est certain qu’il n’était pas au Fouquet’s le soir du 6 mai 2007. Notre combat, entre autres, est de résister face à cette junte qui trahit les idéaux du Général de Gaulle et qui rompt le contrat social. Nous ne promettrons pas « les Jours Heureux » mais nous avons les armes pour mettre en place une politique audacieuse basée sur l’humain au service de l’économie et non l’inverse, comme c’est le cas aujourd’hui.

  2. novembre 30, 2010

    Je signale aussi cet ouvrage sorti récemment: Les Jours Heureux – Le Programme Du Conseil National De La Résistance De Mars 1944 : Comment Il A Été Écrit Et Mis En Œuvre, Et Comment Sarkozy Accélère Sa Démolition ouvrage de Jean Luc Porquet, journaliste au Canard Enchainé

  3. novembre 30, 2010

    Merci Arnaud, pour cette excellente référence.
    Quand on pense que ce programme a été conçu en pleine guerre, pendant la préparation du débarquement en Normandie, que rien n’était encore gagné. Et pourtant, il s’est trouvé des français de tous bords, rassemblés pour construire un programme que l’on pourrait également qualifier d’humaniste. Cela doit nous donner du courage, et nous montrer l’exemple pour construire « des jours meilleurs ».

Rétroliens

  1. Laurent Boisseau

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :