Aller au contenu

Une mobilisation indispensable de l’état et de l’opinion !

2010 août 8
par Laurent Boisseau
Otages France 3

Otages France 3

Aujourd’hui, cela fera 222 jours que Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, deux journalistes de France 3, ont été enlevés avec leurs accompagnateurs le 29 décembre dernier dans la province de Kapisa en Afghanistan.
Chaque jour, les journaux d’information de France Télévisions nous le rappellent. Mais dans l’édition nationale du 19/20 de France 3 le 5 août dernier, le témoignage de l’ancien otage Jean-Paul Kauffmann, ainsi que celui de sa femme Joëlle ont démontré combien la mobilisation est importante pour, non seulement obtenir la libération des otages, mais aussi soutenir leur moral.

Jean-Paul Kauffmann

Jean-Paul Kauffmann

Souvenons nous, c’était en mai 1985, Jean-Paul Kauffmann, était pris en otage au Liban avec 3 autres compagnons Marcel Carton, Marcel Fontaine et Michel Seurat. Aussitôt après, sa femme Joëlle et ses amis allaient organiser des manifestations pour alerter, puis mobiliser l’opinion et mener un combat qui allait aboutir à la libération des 3 premiers en 1988, Michel Seurat étant tragiquement décédé entretemps. Leur témoignage est important, notamment celui de Jean-Paul Kauffmann qui explique combien les messages de soutien qui peuvent être reçus par les otages en captivité peuvent leur apporter : « Une bouffée d’oxygène, […] avec cela vous vivez pendant des semaines, voire des mois… »

Joëlle Kauffmann nous explique aussi combien nous sommes tous concernés, et que nous devons tous nous identifier aux otages dans cette mobilisation. C’est une véritable solidarité au sens étymologique du terme qui doit se mettre en place pour stimuler à la fois l’état et l’opinion.
Je repense à cette définition de la solidarité que fait le philosophe André Comte-Sponville qui distingue bien solidarité et générosité. Extraits : « Faire preuve de générosité, c’est agir en faveur de quelqu’un dont on ne partage pas les intérêts […] Faire preuve de solidarité, à l’inverse, c’est agir en faveur de quelqu’un dont on partage les intérêts : en défendant les siens, vous défendez aussi les vôtres ; en défendant les vôtres, vous défendez les siens ».
C’est exactement la démarche qu’on adoptée Florence Aubenas et Jean-Paul Kauffmann, tous deux anciens otages, ils défendent maintenant la cause de Stéphane Taponnier et Hervé Ghesquière, la première en parrainant le Comité de soutien, le second en en faisant partie avec son épouse.

De nombreuses villes et collectivités territoriales ont également apporté leur soutien, ainsi que les organisateurs de manifestions culturelles, ou sportives, qui affichent la photo des otages et distribuent des rubans bleus.
Si vous souhaitez vous associer à la démarche, vous pouvez visiter le site du Comité de soutien ou signer la pétition :
petition
Ce sont ces types de mobilisations qui permettent aussi de rappeler les valeurs fondatrices de notre république : liberté, égalité, fraternité. Les actualités récentes qui évoquent des sentiments d’exclusion, de repli identitaire, voire l’introduction de nouvelles catégories dans la citoyenneté française, ce qui serait contradictoire avec ce qui précède, sont véritablement faire offense à notre histoire et à notre identité française, puisque c’est de cela qu’il s’agit.

Crédits photo : France Télévisions ; © AFP ; FNAC

Publié en août 2010 sur le blog du MoDem à Issy-les-Moulineaux.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :